PRODUITS

DÉCOUVREZ
LES ACTUALITÉS
PRODUITS

Retrouvez toutes les informations produits des exposants

EXPOSANTS

DÉCOUVREZ
LES ACTUALITÉS
DES EXPOSANTS

Les exposants présentent leurs dernières nouveautés.

INFOS  

Brightcove ouvre la voie à la vidéo en ligne de nouvelle génération avec la dernière version de sa solution Video Cloud

Réduction des délais de mise en ligne, publication sur appareils mobiles, statistiques personnalisées et performances de lecture permettent aux diffuseurs et spécialistes du marketing de capitaliser sur l?explosion de la demande en matière de vidéos.  Brightcove, leader mondial de services video cloud, annonce la disponibilité de la nouvelle version de Video Cloud, sa solution phare permettant de simplifier la diffusion et la publication de vidéos en ligne nouvelle génération, avec une interface entièrement repensée. Cette nouvelle version intègre de nombreuses nouveautés.  Plus simple à tous points de vueLa nouvelle version de Brightcove Video Cloud a été conçue pour simplifier la publication de vidéos sur n?importe quel appareil et vers toutes les destinations. La solution offre en effet aux spécialistes du marketing, diffuseurs, éditeurs et propriétaires de contenu une solution avancée qui rationalise le workflow vidéo, assure la diffusion de contenu vidéo sur n?importe quelle plateforme et fournit une vue détaillée de sa consommation.  Cette nouvelle version comprend notamment une interface utilisateur HTML5 optimisée et offre une vitesse de téléchargement et de lecture supérieure ainsi que des statistiques personnalisées. Ces améliorations assurent l?évolutivité des workflows, réduisent les délais de mise en ligne et permettent de mesurer l?impact du contenu vidéo. Video Cloud de Brightcove dans sa nouvelle édition comprend également des intégrations avec les principaux systèmes de gestion du contenu (CMS) et repose entièrement sur de nouvelles API performantes.  « Avec sa prise en charge HTML5 optimisée pour les plateformes mobiles, alliée à des fonctions accélérées de publication de contenu, la dernière version de Video Cloud mérite le prix de la meilleure conception et du plus haut niveau de performances. Nouveaux menus intelligents, interface utilisateur sophistiquée et fonctionnalités de pointe se combinent parfaitement pour offrir une expérience utilisateur inégalée en matière de publication vidéo. », souligne Gabriel Marcoccia, responsable contenu vidéo chez Rogers Digital Media.   « La nouvelle version de Video Cloud marque le début d?une série d?améliorations et de nouveautés produits Brightcove. Ces technologies de publication et de distribution vidéo nouvelle génération permettront aux entreprises de répondre rapidement à la demande exponentielle des consommateurs en matière de contenu vidéo. » a conclut David Mendels, CEO de Brightcove.   Principales nouveautés de la solution Video Cloud de Brightcove : ? Réduction des délais de mise en ligne : un module de téléchargement plus rapide, des possibilités de classement par dossiers, une nouvelle interface utilisateur (UI) et des autorisations basées sur les rôles de chacun permettent d?optimiser les workflows de publication, en réduisant notamment les délais de mise en ligne et en améliorant les contrôles du contenu. ? Publication sur appareils mobiles : grâce à la nouvelle interface HTML5 réactive, il est possible de télécharger, de gérer et de publier des vidéos à tout moment et sur n?importe quel appareil (ordinateurs de bureau ou portables, tablettes et smartphones). ? Statistiques vidéo avancées : un outil de création de rapports personnalisés permet de générer des statistiques et des rapports périodiques sur tous les comptes Video Cloud afin d?obtenir une vue détaillée des performances.  ? Performances de lecture : Video Cloud intègre la dernière mouture du lecteur vidéo Brightcove pour un chargement ultra-rapide, un délai d?affichage plus court de la première image et des capacités de lecture hautes performances en HTML5, de quoi garantir une expérience vidéo exceptionnelle sur n?importe quel écran. ? Publication sur les réseaux sociaux : amélioration de la synchronisation et de la publication du contenu de marque depuis Video Cloud vers YouTube pour étendre sa diffusion aux plateformes sociales. ? Compatibilité : intégration avec les principaux systèmes de gestion du contenu (CMS), tels que Drupal, Adobe Experience Manager, WordPress et SharePoint. ? API de la plateforme : la dernière édition de Video Cloud repose entièrement sur de nouvelles API performantes. Les éditeurs peuvent ainsi exploiter les fonctions des différents modules (ingestion, CMS, lecteur, gestion des lecteurs et statistiques) de la plateforme Video Cloud via des API REST bien conçues, et les incorporer à des architectures existantes ou personnalisées. Ces nouvelles API permettent d?intégrer Video Cloud à n?importe quelle étape d?un workflow vidéo de bout en bout.   Les dernières fonctionnalités de Video Cloud sont d?ores et déjà accessibles pour les nouveaux clients désirant souscrire au service Video Cloud. Les clients Brightcove existants peuvent quant à eux se procurer gratuitement la nouvelle édition de Video Cloud sur studio.brightcove.com. Une version d?évaluation de la solution est proposée gratuitement aux entreprises qui ne sont pas encore clientes de Brightcove sur register.brightcove.com

What?s Next : immersion 360° sur le Forum Screen4ALL

Si la réalité virtuelle n?est pas une nouveauté, aujourd?hui il devient possible de s?immerger dans un monde virtuel et de rentrer en interaction avec cet univers via des casques légers et bon marché. Le plus connu d?entre eux étant l?Oculus Rift, mais de nombreux modèles existent. Tous les constructeurs s?y mettent que ce soit des habitués de la réalité virtuelle, des constructeurs d?électronique grand public, des nouveaux entrants. Les applications possibles sont nombreuses dans le domaine de l?industrie, de la formation mais surtout dans l?industrie des médias et du divertissement.  L?explosion de la demande se fera car le grand public trouvera dans le casque des sensations impossibles à retraduire par un écran traditionnel. Le cycle de conférence What?s Next, lors de Screen4All Forum 2015, propose une journée de réflexion et de présentation sur ce sujet disruptif qui intéresse de nombreux acteurs de l?écosystème. Comment choisir son casque de RV ? Comment pro- duire du contenu 360° ? Quels sont les contenus disponibles ?   www.screen4all.com 

Transmission de signal vidéo via IP: quels avantages et technologies ? par Thierry Michalak - TF1 (interview Web TV)

Dans le cadre de ses fonctions chez TF1, Thierry Michalak est en charge des opérations de transmission. Il supervise les opérations des cars SNG, le trafic des données satellites et IP ainsi que la logistique reportage d?attribution du matériel aux JRI. Dans son interview vidéo, le directeur technique de la production externe de TF1 présente l?impact de la technologie IP sur l?activité de captation de sa chaîne?   « L?IP change pas mal de choses même si le métier par lui même reste le même. C?est l?outil qui a changé : les liaisons IP ont apporté de la souplesse, une économie et la possibilité d?une voie de retour de la chaine sur le terrain. Aujourd?hui, on peut se permettre d?échanger des données, pas forcément de la vidéo ou de l?audio avec le collaborateur qui fait son sujet au bout du monde. Pour cela, on utilise des systèmes d?agrégation de flux. Pour faire de la transmission, on a opté pour 16 systèmes AVIWEST qui nous permettent de remonter tous les jours des sujets pour le JT mais nous avons aussi conservé des cars SNG plus traditionnels.   Et quelle garantie de circulation du signal avez-vous par rapport au système AVIWEST ? Aujourd?hui, avec le système AVIWEST, comme pour les autres des systèmes d?agrégation de flux, par sécurité, nous utilisons plusieurs cartes SIM en nous appuyant sur le réseau 3G ou 4G, selon les facilités de l?endroit où l?on se trouve. Nous n?avons aucune garantie de stabilité du réseau car nous passons par le réseau grand public, le même abonnement que vous avez pour votre Smartphone. Nous rencontrons donc les mêmes soucis que l?utilisateur lambda : le débit fluctue et il est pas toujours au rendez vous? Pour parer aux coupure de débit, nous travaillons avec 8 cartes SIM et 3 opérateurs différents : là où un Orange sera peut être un peu défaillant sur la 4G un Bouygues Télécom sera meilleur et puis ailleurs ça sera autre chose. Quand cela est possible, nous nous agrégeons en parallèle à un flux wifi ou LAN d?une une box? Le but c?est d?amalgamer tous les flux a notre disposition pour arriver à améliorer la taille du débit. Nous avons aussi une différence d?approche par rapport au grand public qui utilise surtout un réseau descendant pour voir des vidéos sur son téléphone : nous ce qui nous intéresse c?est ce qu?on peut pousser sur le réseau ascendant, un réseau relativement peu utilisé aujourd?hui? Les seuls endroits où l?on rencontre des congestions sont les lieux où les collègues d?autres chaînes utilisent la même technologie. Mais les soucis sont assez rares avec la 4G, les débits sont suffisamment important pour limiter les rupture de réseau qu?on constatait régulièrement en 3G. »   Comment vous voyez l?avenir de l?écosystème des news ? Je pense que les modes opérationnels vont se multiplier. Les téléphones permettront notamment de rapatrier des images, non pas pour supplanter les systèmes actuels mais en renfort, par exemple, un journaliste qui arrive sur le terrain avec un camion où le système de transmission n?est pas encore déployé, ou a un soucis de réseau, pourra avec son téléphone commencer à filmer quelque chose et le transmettre par lui même si l?actualité l?exige? La façon de travailler avec cette technologie va petit à petit grignoter nos systèmes traditionnels en apportant des services supplémentaires.   L?IP va apporter beaucoup aux gens qui sont sur le terrain et du coup faciliter la tâche à ceux qui sont, j?allai dire à la maison, à TF1.  Aujourd?hui, quand on est sur le terrain, on est un peu coupé de la société mère avec un lien IP monté avec TF1, les échanges sont bidirectionnels : je peux amener mon architecture d?information auprès du collaborateur qui profite d?une configuration de son espace de travail à l?identique de tout le monde, donc plus ergonomique : la recherche, le tri deviennent plus simple? »

Highlight : Eric Viennot interviendra sur la Formation Screen4ALL Campus

Surnommé le "pape francophone" du transmedia, Eric Viennot est le cofondateur de Lexis Numérique, studio indépendant de jeux vidéos créé en 1990 dont il est toujours directeur créatif. Eric Viennot interviendra sur la Formation Screen4ALL Campus (Paris, 12- 16 octobre 2015)...   Eric Viennot est l?initiateur du projet international Alt-Minds qui représente à ce jour l'un des plus gros bugdets européens consacré à un jeu en ligne...   Fiction transmedia se situant aux frontières d'une web série et du jeu vidéo en réseau, Alt-Minds est née de la rencontre de l'agence Lexis Numérique et de l'opérateur Orange. Déployée sur plusieurs écrans, Alt-Minds proposait de partir sur les traces de cinq scientifiques disparus mystérieusement, ce jeux aux ambitions hors du commun a été dévoilé au public en 2012 .   Avant de s'engager dans la production d'Alt-Minds, Lexis Numérique avait déjà développé plusieurs projets remarquables dont In Memoriam, ovni vidéo-ludique réalisé par Eric Viennot en collaboration avec Jean-Pierre Jeunet et Peter Brook en 2003. Lauréat du? « Prix Imagina 2004 » et du « Prix SACD 2003 », In Memoriam se positionnait à la croisée des chemins de l'Internet, du cinéma et du jeu vidéo et posait déjà les bases de ce qui allait devenir le jeu transmedia Altminds...   Eric Viennot ? cofondateur et directeur de création de Lexis Numérique - retrace la genèse de sa web série/jeu : « Quelques temps après la sortie d'In Memoriam, Orange avait l'ambition de créer une division transmedia. Dans cette perspective, l'opérateur souhaitait développer un projet pilote qui soit emblématique pour la marque. J'avais de mon côté réfléchi à un concept de série TV interactive en temps réel qui était très complexe à mettre en place. Après qu'Orange m'ait contacté, nous avons adapté ce projet en lui donnant une dimension transmedia : c'est ainsi qu'est né Altminds. Les synergies avec Orange ont été au-delà de la co-production, notre collaboration s'est développée sur un plan éditorial et marketing. Par ailleurs, Orange nous a apporté un support technologique conséquent grâce au travail de recherche et développement de son Transmedia Lab ».   Lexis Numérique, qui comptait une trentaine de personnes, intégrait des scénaristes, des web designers, des game designers. « L'agence a géré 80 % du travail en sollicitant des compétences ponctuelles. Nous avons eu besoin de compléter notre équipe avec des journalistes, des traducteurs, des assistants de production, notamment pour préparer les tournages dans 5 pays... Au total, 250 personnes ont travaillé sur le projet. La post-production et la musique ont été prises en charge par la société Planète Rouge, basée à Marseille », récapitule Eric Viennot qui a supervisé sans relâche le projet pendant 2 ans en tant que directeur de création. Au final Altminds a fédéré plusieurs corps de métiers sur les territoires du web, du jeu, de la production d'images... «Lexis Numérique possédait déjà une expérience de 10 ans dans le jeu, ce qui nous a nous permis d'envisager le traitement des bases de données, la gestion des inscriptions, le parcours du joueur sans souci mais nous nous sommes reposés sur l'expérience de Dailymotion pour la compression des images et sur Orange Lab pour la création d'outils d'analyse des images», souligne Éric Viennot.   Le jeu, qui intégrait des outils spécifiques, en particulier un dashboard avec un fil d'actualité dédié aux joueurs, offrait plusieurs pistes d'interaction : « Scénarisé pour inciter une démarche participative, Altminds proposait une timeline, un fil d'actualité ainsi qu'un inventaire de documents. Les joueurs avaient aussi accès à des interactions plus évoluées tels que les outils d'analyse vidéo. L'intrigue les incitait à rechercher des indices sur internet, via Google ou Facebook, le jeu leur proposait aussi de recevoir des SMS et même de téléphoner à des protagonistes. Altminds stimulait également le développement d'une interaction communautaire : les joueurs pouvaient se retrouver sur des forums extérieurs, sur les réseaux sociaux et confronter leurs hypothèses... », précise Eric Viennot qui se présente comme un architecte narratif.   Altminds a été développé sur 4 plateformes linguistiques différentes. Alt-Minds en chiffres : 1 année de documentation et de recherche 4 années de conception & de production Un scénario qui se déploie dans 5 pays Plus de 4 heures de vidéo dans le jeu Une websérie de 10 épisodes x 7 minutes Plus de 50 heures de jeu sur 8 semaines De nombreux outils d'analyse et d'investigation 12 personnages principaux Un lancement européen en 4 langues   Sur Screen4ALL Campus Eric Viennot détaillera son retour d?expérience. Screen4All Campus proposera un panorama des innovations liées à l?avènement du digital dans les domaines technologiques (4K et VàD), financiers avec un focus sur les réseaux sociaux. Screen4All Campus est organisée par Avance Rapide Formation avec le soutien de Goshaba (agence conseil en développement de contenus et image de marque qui associe neurosciences, gamification et big data)- MyMajor Company (plate-forme de financement participatif) - EUROVOD (réseau de plates-formes européennes indépendantes de vidéo à la demande, spécialisées dans les films d'art et essai et dans le cinéma indépendant) - CIANT (Centre International de l?Art et des Nouvelles Technologies de Prague) - Eclair (laboratoire numérique)   Screen4All Campus 2015 se déroule du 12 au 16 octobre prochain, en Île-de-France.

Sophie Turner Laing, PDG d'Endemol Shine,présentera un Keynote au Mipcom 2015

Sophie Turner Laing, PDG d?Endemol Shine Group, prendra la parole pour la première fois au MIPCOM dans le cadre des Media Mastermind Keynote Series le lundi 5 octobre... En tant que PDG d?Endemol Shine Group, la toute nouvelle société de création, de production et de distribution de programmes, Sophie Turner Laing a sous sa responsabilité plus de 120 sociétés dans 30 pays différents, ce qui représente un portefeuille d?environ 600 titres à la fois dans le domaine de la fiction et de l?entertainment. Endemol Shine Group est né de la fusion des sociétés Endemol, Shine Group et CORE Media Group début 2015.   Endemol Shine Group, qui produit des programmes dans plus de 50 langues et pour tous types de diffuseurs, possède à son actif d?immenses succès parmi lesquels : Big Brother, Black Mirror, Broadchurch, Bron (The Bridge), Deal or no Deal, Hell on Wheels, Humans, The Island, Masterchef, Mr. Bean, Peaky Blinders, So You Think You Can Dance, The Biggest Loser, The Fall, Money Drop et beaucoup d?autres encore.   Avant son accession au poste de PDG en décembre 2014, Sophie Turner Laing a occupé plusieurs postes importants au sein de Sky en Angleterre, dont Director of Movies et Managing Director, Content. Elle a été également déterminante dans le partenariat opéré entre Sky et HBO qui a conduit au lancement de Sky Atlantic, et elle a grandement contribué à augmenter l?investissement de Sky dans les programmes britanniques leur faisant atteindre les 600 millions de livres en 2014. Avant de rejoindre Sky, elle a occupé de nombreux postes de direction au sein de la BBC dont Acting Director of Television.   La carrière de Sophie Turner Laing a démarré au sein de Henson International Television où elle a notamment travaillé sur des programmes comme le Muppet Show avant d?accéder au poste de Sales Director. En 1989, elle monte HIT Entertainment avec Peter Orton puis rejoint Flextech en tant qu?acheteuse.   Pour sa « contribution exceptionnelle » au secteur de la télévision britannique, Sophie Turner Laing a rejoint le cercle très fermé de la Royal Television Society (RTS) Fellowship. Elle a également reçu la Médaille d?Honneur du MIPTV 2013 pour son rôle déterminant dans le développement de l?industrie globale de la télévision.   Le MIPCOM se tiendra du 5 au 8 octobre au Palais des Festivals de Cannes  Comme chaque année, le plus grand marché annuel des contenus de divertissement pour toutes les plateformes donne rendez-vous aux acteurs de l?industrie de la télévision à Cannes avec quatre jours de rencontres, de projections et de conférences; un cadre d'opportunités permanentes en termes de ventes et d'achats de programmes mais aussi de partenariats. Les programmes pour enfants ouvriront l?événement avec le MIPJunior,  lieux où tous les acheteurs internationaux, distributeurs et producteurs se retrouvent pour présenter et découvrir les nouveaux contenus au sein du plus grand marché international des programmes jeunesse. Rendez-vous sur www.mipcom.com  

Tout le fil info
 

— LES RÉSEAUX SOCIAUX —

Le compte du Salon

— LES PARTENAIRES —

PRESSE >


WEB >


INSTITUTIONNEL >